S.1 – Episode 10 – Mais c’est dégueulasse !

Résumé de l’épisode précédent : Norma parle de la bagarre avec sa tante. Alexandra  a raconté à Déborah que le type les avait menacées de viol. Le soir, Norma  sort avec Jonathan au restaurant. Elle le ramène chez elle et ils font l’amour. Alors qu’il la croit endormie, il quitte discrètement l’appartement en pleine nuit. Pour lire l’épisode précédent

Mais c’est dégueulasse !

Courtoise - illustration - S1 E10

– Mais c’est dégueulasse !
– De quoi ?
Norma vient d’arriver chez sa sœur. Les filles sont vautrées dans le canapé. Marie sirote un coca et Chloé fait des grands gestes pour raconter son histoire.
– Tu sais le type avec qui t’as dansé ?
– Le relou de l’autre soir, qu’Alex a failli défigurer.
– Faut pas me chercher moi !  Et faut pas chercher ma sœur non plus.
– Hey calme-toi Rocky ! si on était pas intervenues, on le retrouvait aux urgences, le mec.
– Bon et alors ? le type ? Quoi ?
– Remarque, il a fini par y aller du coup…
– Le videur a raconté à Mélanie – tu sais, Mélanie… ma copine de fac.
– Ouais…
– Que le matin, le lendemain de notre embrouille, le type… Carlos c’est ça ?
– Hum.
– Il a été retrouvé ligoté au réverbère, juste devant le bar.
– Quoi ?
– Attends la suite !
– Il était à moitié à poil… Il lui restait que son tee-shirt… Mais en lambeaux…
– Abrège, dis-lui la suite !
– Ben, il a été tabassé et…
– Et il s’est pris une bouteille dans le cul !
– C’est dégueulasse…
Le cerveau de Norma marque une pause. Elle entend le bruit que Marie fait avec sa paille… le bol de glaçons qu’Alexandra repose sur le plateau en verre de la table basse… il lui semble même qu’elle entend les mains de Chloé fendre l’air tandis qu’elle continue à parler.
– Vous me faites marcher.
– La vraie question, c’est quel genre de bouteille ? Quelle contenance ?
– Marie !
– T’es con !
– Hey les filles, arrêtez de rire !
– Je sais… c’est flippant. Il lui est arrivé exactement ce qu’on lui a souhaité.
– Tu crois que quelqu’un nous a entendues ?
– Et que ça l’a inspiré !
– C’est peut être juste une blague.
– De mauvais goût.
          Norma se rassure en se disant que oui, ce n’est qu’une mauvaise plaisanterie. Le videur a dû les entendre sur le trottoir et ça l’a fait marrer d’inventer cette histoire. Et puis c’est qui d’abord cette Mélanie ?

          Il y a des lieux qui portent pour toujours l’empreinte de quelqu’un.  C’est pour cette raison que Norma n’aime pas trop aller chez son père en ce moment. À chaque fois qu’elle traverse le hall d’entrée, elle revoit Jonathan, là où il se tenait la première fois qu’elle l’a rencontré.
          C’était au mariage de son père avec Carine, il y a presque deux ans.
           Ils possèdent une belle et grande demeure sur les hauteurs et c’est là qu’ils avaient organisé l’apéritif et le repas après la mairie.
           Norma n’était pas vraiment ravie d’être là. Sa mère lui avait laissé trois messages en pleurs sur son répondeur. Même après quatre ans de séparation, la nouvelle était un peu dure à encaisser. Alexandra était toute retournée et elle avait passé son temps à picoler, puis à vomir. D’ailleurs, en y réfléchissant, c’est à cette période-là que ses problèmes avec l’alcool ont commencé. En la matière, ça faisait déjà un moment que leur mère avait ouvert la voie…
          Norma promenait un regard maussade sur les magnifiques compositions florales, la fontaine de champagne et les robes en soie… quand elle l’a vu. Il se tenait sur les premières marches du grand escalier. Il avait une coupe à la main, l’air décontracté. Il parlait en souriant. Leurs regards se sont croisés et elle a su qu’elle était foutue, qu’elle ne s’en sortirait plus. 
          Elle a oublié de rappeler sa mère. Elle n’a pas tenu les cheveux d’Alexandra tandis que cette dernière gerbait dans les toilettes, à genoux sur le magnifique sol en marbre. Elle a perdu de vue Chloé qui, comme à son habitude, a dû enflammer la piste de danse ce soir-là. Et elle ne se souvient même plus les choses délicieuses qu’il y avait au menu.
          Elle n’avait d’yeux que pour lui.
          Et, quand au cœur de la nuit, il l’a embrassée en lui tenant la nuque…
– Tu viens au salon ? J’ai un truc à te montrer.
Le fantôme de Jonathan s’efface, ne flotte plus que son sourire, suspendu  dans l’air. «Comme le chat du Cheshire dans Alice au pays des merveilles».

          Elle suit son père en essayant de calmer sa respiration.
          Son portable sonne.
          C’est le flic au bout du fil, le même que la dernière fois. 
          Son père l’interroge d’un signe de tête silencieux, alors qu’elle parle toujours au téléphone. Elle le regarde en écarquillant les yeux, puis fronce les sourcils.
– Quoi ?…  Pourquoi ? J’ai rien à voir av… Écoutez, je comprends rien… Oui, très bien, je passe au commissariat cet après-midi.
Norma raccroche.
– Tu croiras jamais ce que ce flic vient de m’annoncer, le type qui m’a renversée en voiture…
– C’est ce que j’avais à te dire. Il y a une justice…
Et il jette sur la table basse l’édition du matin. Norma déchiffre le gros titre en première page, le nom fait tilt, ce nom qu’elle n’avait pas voulu retenir :

titre journal - episode 10

C’était le dernier épisode de la Saison 1 ! Si vous avez envie d’une 2e saison, dîtes-le en commentaire et partagez la série… Merci

 – Merci à Biba, Cosmopolitan, Voque, Lui et Grazia de m’avoir fourni la matière pour mon illustration –
Publicités

8 réflexions sur « S.1 – Episode 10 – Mais c’est dégueulasse ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s