S.1 – Episode 8 – Qui appeler quand on a un cadavre sur les bras ?

Résumé de l’épisode précédent : Norma est surprise par un cycliste qui la frôle et elle s’imagine le pousser sur la route pour qu’il se fasse mal. La police l’appelle pour lui dire qu’ils ont retrouvé le chauffard qui l’a renversée. Dans la nuit, alors qu’elle s’était assoupie, Jonathan débarque chez elle et lui annonce que c’est lui le chauffard. Norma saisit une lampe et lui fracasse le crâne. Pour lire l’épisode précédent

Qui appeler quand on a un cadavre sur les bras ?

Courtoise - illustration - S1 E8

          Qui appeler quand on a un cadavre sur les bras ? 
          Sa sœur évidemment. 
          Norma se faisait cette réflexion en mangeant sa tartine de confiture. C’est rare qu’elle se fasse un vrai petit dej’ avec café, pain beurré et marmelade mais après la nuit qu’elle a passée, elle en a bien besoin.
          Déborah aussi pourrait l’aider. Norma s’est toujours demandé si sa tante n’était pas du genre à avoir enterré un ex assassiné au fond du jardin…
           Et son père ! Un papa mafieux ça peut servir dans ces cas-là… Mais peut-être pas si la victime est un de ses anciens collaborateurs… homme de main ? Elle n’a jamais très bien su quelle relation unit Jonathan à son père.
           Enfin… elle peut finir son café tranquillement, elle n’aura pas besoin de passer ce coup de fil aujourd’hui : salut-j’t’appelle-parce-que-j’ai-un-cadavre-à-faire-disparaître-ça-va-toi ?
            Elle s’était coupé le pied en marchant sur les débris de la lampe. Et c’est ce qui l’avait réveillée. Tout ça n’était qu’un mauvais rêve.

          Sa sœur est peut-être la seule personne qui puisse l’aider à maquiller un crime mais Alexandra a déjà son lot de problèmes. En venant la chercher à la sortie de son travail au salon d’esthétique, Norma a encore assisté à une scène avec la patronne, Chantale.
– Tu dois pas la laisser te parler comme ça, Alex. Elle abuse.
– Norma, c’est ma boss. Elle est un peu psychorigide sur des trucs, mais…
– Psychorigide ? Elle est sadique.
– Mais non.
– Pourquoi tu acceptes pas la proposition de papa ? Il veut te payer un salon. Tu serais à ton compte. Plus de Cruella comme patronne et ce serait à toi de martyriser les petites employées.
– Et toi, quand est-ce que tu prends ton année sabbatique pour écrire ton futur best-seller, comme il te l’a mille fois proposé ?
– Plutôt crever que revivre à ses crochets pendant des mois. J’ai plus quinze ans. Ça me couperait toute inspiration, j’en suis sûre…
– Et au fait, t’es passée chez les flics ce matin ?
– Ouais.
– Et alors ?
– Rien. La procédure suit son court.
– C’est qui, le type qui t’a renversée ?
– Je sais pas, j’ai même pas retenu son nom…

          Plus tard dans la nuit, elles retrouvent Chloé et Marie pour boire un verre en ville. Elles en ont déjà enquillés plusieurs, enfin surtout les deux sœurs, quand Will les rejoint dans le bar. Norma comprend très vite que c’est Alexandra qui lui a envoyé un message pour lui dire de passer. « Non, mais qu’est-ce qu’il lui a pris ? Elle va pas se mettre avec ce débile quand même… Pire ! Elle essaie pas de me caser avec ? ». Le voilà qui s’assoit à côté de Norma et commence son numéro de charme habituel. Elle se sent grisée par l’alcool, elle lui marmonne un :
– Tu peux pas draguer Chloé pour changer… ça me ferait des vacances. Et puis t’es pas du tout mon style, alors de l’air.
Elle ne sait pas s’il a entendu tout ce qu’elle a dit, la musique est tellement forte. Il a dû comprendre que c’était plutôt hostile car il se lève et s’éloigne.
          Ses amies se trémoussent sur la piste de danse, mais il faut toujours à Norma un certain nombre de cocktails avant d’avoir le courage de les rejoindre. Quand elle se décide enfin à y aller, elle aperçoit Yohan, accoudé au bar. « C’est pas possible, j’ai trop bu. Je le vois partout. C’est moi qui tombe dans l’obsession. Il faut que je me décontracte et que je m’amuse… » . Alors elle se prête au jeu d’un mec qui vient se coller à elle pour danser. Lui aussi a beaucoup bu, à en croire son haleine et son regard éteint. Même dans la pénombre d’un bar, ou les lumières stroboscopiques d’une boîte de nuit, Norma peut repérer ce regard. Elle reconnaît tout de suite le visage bouffi d’un alcoolique. Le visage que sa sœur ne va pas tarder à prendre si elle continue à picoler tous les jours, après le boulot.  Le visage qu’avait sa mère les années qui ont suivi son divorce, avant qu’elle se retire dans une yourte en Ardèche pour rouvrir ses chakras l’un après l’autre et trouver la paix intérieure.
          Le type lui souffle qu’il s’appelle Carlos. Une de ses incisives est cassée. Il danse bien. Les morceaux s’enchaînent, collés-serrés. Mais quand ses amies viennent la chercher pour partir et qu’elle dit bye bye au gars, il commence à s’énerver. Pourquoi est-ce qu’elle part sans lui, et qu’elle n’est qu’une garce d’allumeuse, et qu’elle va pas s’en sortir comme ça. Il commence à la bousculer. Marie s’interpose.  Alexandra saute sur Carlos et lui crie dessus avec la rage que l’alcool met dans le sang. Elle le griffe au visage avec ses ongles parfaitement manucurés. Le type recule, surpris par tant de véhémence et refusant de se défendre sous prétexte qu’il ne veut pas taper une femme (Norma se fait la réflexion que dans l’intimité d’un appartement, il ne doit pas se gêner). Mais ça ne l’empêche pas de les insulter copieusement, elle et « ses salopes de copines ». Il faut que Chloé, Marie et Norma s’y mettent toutes les trois pour maîtriser Alexandra et sortir de là.
          Le lendemain matin, Norma découvre un message signé Will en rallumant son téléphone. « Mais qui a eu la bonne idée de lui donner mon numéro… »

S1 -E8
             « De quoi je me mêle… c’est pas ma cuite qui me donne mal à la tête, c’est toi, espèce d’analphabète »

Pour lire l’épisode suivant…

 – Merci à Biba, Cosmopolitan, Voque, Lui et Grazia de m’avoir fourni la matière pour mon illustration –
Publicités

2 réflexions sur « S.1 – Episode 8 – Qui appeler quand on a un cadavre sur les bras ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s