S.2 – Episode 4 – On a passé une bonne soirée, au moins ?

illustration-courtoise-saison-2-ep-4

– On a passé une bonne soirée, au moins ?
Norma regarde le pharmacien sans comprendre.

Une bonne soirée ? La veille, en fin de journée, Jonathan est venu sonner chez elle. Elle n’avait plus de nouvelles depuis la baffe qu’il lui avait collée, une semaine plus tôt. Elle avait essayé de l’appeler, en se détestant de faire ça. Mais elle tombait à chaque fois sur le répondeur. Elle n’avait pas laissé de message. Elle ne savait pas quoi dire. En une semaine, elle avait eu le temps de mariner dans sa tristesse, sa rancœur et l’horrible impression de vide que laissait son absence. Alors, quand il s’est pointé hier soir… évidemment, elle lui en voulait encore… bien qu’elle n’arrive pas à faire le rapprochement entre ce geste intolérable et l’homme qu’elle avait en face d’elle… Le charme faisait son effet, comme à chaque fois.

Il est rentré dans l’appartement, la bouche pleine d’excuses et de promesses. Il avait réfléchi, il s’était dégoûté, ça ne se reproduirait plus, il ne méritait pas une autre chance, c’est vrai, mais… avec un peu de temps. Il était passé à l’épicerie en bas et avait acheté de quoi faire un repas en amoureux. Des toasts et du saumon de Norvège, du champagne et ses chocolats préférés. Il a allumé des bougies. Ils ont mangé en se regardant dans les yeux. Puis ils ont sauté l’un sur l’autre et ils ont fait l’amour.

Elle ne pensait plus à rien. Elle essayait.

Elle s’en voulait de céder si vite, si facilement. Elle s’en voulait de céder tout court. Mais c’était plus fort qu’elle. Elle se concentrait sur l’instant présent. Elle savait au fond que la suite serait aussi moche que ce qui avait précédé. Mais à ce moment-là, elle ne voulait rien se dire. Elle voulait se détacher de tout. Lâcher prise. Ils avaient fait l’amour fougueusement. Désespérément. Sans se protéger… alors que ça faisait trois jours qu’elle oubliait de prendre sa pilule. Avec toutes ces histoires, ces derniers temps…

Elle n’a pensé à ça que le lendemain matin.

Ce matin.

En fouillant dans le tiroir de la salle de bain pour retrouver son mascara, sa main est tombée sur la plaquette de contraceptif entamée. Et tout à coup, son cœur s’est serré. Trois comprimés de retard. La nuit d’amour non protégé. Le risque de grossesse. La réflexion de Jonathan, l’autre matin… L’angoisse l’a saisie.

Jonathan prenait sa douche juste à côté. D’une voix qui ne laissait rien paraître, elle lui a dit qu’elle devait filer pour arriver en avance à la librairie. Qu’il n’avait qu’à claquer la porte en partant. Et sans prendre le temps de se maquiller, elle a couru jusqu’à la pharmacie pour acheter une pilule du lendemain.

C’est ce qu’elle vient de demander au pharmacien.

Elle n’est pas sûre d’avoir bien compris sa réponse, alors elle répète. En élevant un peu la voix, pour être bien entendue :
– Je voudrais une pilule du lendemain.
– C’est pas la peine de vous énerver. Vous pouvez demander gentiment. Puis vous garderez les cuisses fermées, la prochaine fois.

Le client qui se tient au guichet d’à côté a un petit sourire moqueur, Norma le voit bien. Tandis que la petite vieille qui achète ses couches Confiance lui lance un regard compatissant. Le pharmacien est parti dans la réserve. Il revient avec la boîte. Norma tremble un peu sur ses jambes. Tout ça semble surréaliste. Est-elle en train de rêver ?
– 5 euros 75.
Norma fouille dans son porte-monnaie et tend un billet. Le pharmacien ne le prend pas et la regarde.
– Estimez-vous heureuse que je vous la vende. Et apprenez à prendre vos responsabilités.
Il avance la main pour récupérer le billet, mais Norma le retire. Elle le fourre dans son sac.
– Vous avez raison. Je vais aller ailleurs. Ça pue la merde, ici.
Elle tourne les talons et entend siffler un « salope » alors qu’elle franchit les portes automatiques.

En sortant de la deuxième pharmacie, où elle a obtenu le contraceptif d’urgence sans problème, Norma décroche son téléphone. Elle a besoin de raconter à quelqu’un ce qui vient de se passer. Encore frémissante de colère et au bord des larmes, elle appelle Marie.
– Allô ?
– Marie…
– Ouais, quoi ?
– Je voudrais te parler. T’as cinq minutes ? Il vient de m’arriver…
– Je t’arrête. Tu crois que j’ai envie de t’écouter après le cinéma que vous m’avez fait, ta sœur et toi, l’autre jour ? T’as même pas envoyé un message pour t’excuser.
– J’avais pas à m’excuser. Moi j’ai rien dit. Vous vous êtes emballées avec Alex. Tu la connais.
– Justement. On la connait toutes les deux. Tu sais qu’elle a un sérieux problème. Mais t’as pas bronché. Tu m’as pas défendue.
– Marie, je t’appelle pas pour parler de ça.
– Tu crois que je suis à ta dispo ? Que c’est comme tu veux, quand tu veux ? Ça marche pas comme ça. Là, tu vois, j’ai pas tellement envie de t’écouter et j’ai autre chose à faire.
Et Marie raccroche.

« Super sympa la meilleure copine ».

Norma ne veut pas appeler sa mère ou sa tante et hors de question qu’elle en parle à Jonathan. Elle ne lui dira rien. Elle redoute sa réaction par rapport à son oubli de pilule. Alors elle tape un sms qu’elle envoie à sa sœur et à Chloé, pour leur expliquer le coup de la pharmacie.

Chloé lui répond :

ep-4-batard

Suite au prochain épisode … 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s