S.1 – Episode 1 – Mais où est-elle ?

Mais où est-elle ?

Courtoise - illustration - S1 E1

         Mais où est-elle ? Sa tête bourdonne.
         Elle a ouvert les yeux sur un plafond blanc inconnu.
Son regard bascule pour saisir quelque chose de familier. Elle a du mal à se redresser. Alors qu’elle émerge complétement, elle entend une respiration profonde toute proche. Un homme dort à côté. Il lui tourne le dos.
           Elle ne reconnaît pas sa peau, ni ses cheveux bouclés. Alors qu’elle s’assoit dans le lit, le drap glisse et sur l’épaule du dormeur elle aperçoit un tatouage. Tout lui revient d’un coup : il s’appelle Anthony, il lui a offert un verre, il habite dans un quartier pourri, c’est la réflexion qu’elle s’est faite quand elle l’a suivi chez lui. C’est peut-être pour ça qu’elle est restée dormir. Elle n’a pas voulu traverser seule des rues malfamées pour rentrer chez elle en pleine nuit.
            Elle déteste ça, se réveiller dans un lit qui n’est pas le sien.
           Elle attrape ses vêtements silencieusement et quitte les lieux en moins d’une minute. Elle a acquis de bons réflexes : se déshabiller sans s’éparpiller, ne rien sortir de son sac à main.
           Elle inspecte son reflet dans le miroir de l’ascenseur en fronçant les sourcils. Elle sent un picotement se réveiller au-dessus de son œil droit. Elle dégage une mèche de cheveux et une petite plaie apparaît sur l’arcade. Elle ne se souvient pas s’être cognée… Peut-être que son partenaire de la nuit a manqué de délicatesse. Elle aussi ça a tendance à l’exciter… les rapports un peu « musclés »…  alors c’est toujours pareil, elle encourage le type… et voilà comment au matin, elle se retrouve avec des écorchures ou des traces de morsures… et les souvenirs qui se perdent dans les brumes de l’alcool.
           L’ascenseur s’ouvre au rez-de-chaussée. La lumière de la rue, qui filtre par l’entrée de l’immeuble, l’aveugle un instant. Elle traverse le hall en deux enjambées, mais le petit vieux qui vient de sortir en lui jetant un regard n’a pas pris la peine de lui tenir la porte. Elle lui claque au nez.
– Merci, siffle-t-elle entre ses dents… Et bonne journée… pauvre type…

          Dans la rue, le froid finit de la réveiller. Sa plaie au sourcil diffuse une petite douleur lancinante. Elle caresse du bout des doigts la croûte qui s’est formée et se dit qu’il faudrait désinfecter. Mais pas le temps de passer par chez elle avant d’aller travailler, elle est déjà en retard.
           Elle s’engouffre dans le métro. La tiédeur et la lumière des néons la réconfortent un instant. Le flot des passagers l’entraîne, la forçant à avancer d’un pas rapide. Les gens la frôlent, ceux qui arrivent en face semblent foncer sur elle. L’idée lui traverse l’esprit que si elle tombait, là, maintenant, elle se ferait piétiner. Elle se sent oppressée par tous ces corps. Il faut continuer à marcher, ternir la cadence. Le stress la gagne et ses mâchoires se serrent. Elle se concentre sur ses pas.
           Soudain, un type sorti de nulle part la dépasse, en la bousculant. Elle est surprise, son ventre se noue. Elle a été touchée, s’est senti agressée. Elle tremble sur ses jambes, vulnérable. Les battements de son cœur s’emballent.
           Elle voudrait crier et repousser tous ceux qui s’approchent, mais elle se contente de monter dans une rame sans croiser aucun regard.

           La librairie dans laquelle elle travaille depuis trois ans, est à l’angle de la rue. Une devanture soignée, repeinte fraichement, et une enseigne coquette. En arrivant, elle aperçoit Yohan, son collègue, à travers la vitrine. Il relève la tête et lui adresse un sourire mais elle a déjà poussé la porte. La petite cloche, au tintement tellement old school, tire un client de sa lecture. Norma évite son regard et file dans l’arrière-boutique pour poser son sac à main. Yohan ne fera aucune remarque sur son retard, il n’est pas du genre tatillon pour ces choses-là et puis, surtout, il a un faible pour elle et elle en abuse. Elle prend quand même son joli sourire de fille désolée pour le rejoindre.
– Salut. Qu’est-ce qui t’est arrivé ? Tu t’es fait agresser en venant ?
Ah oui, la plaie sur son visage, elle avait presque oublié.
– Non, je me suis cognée, c’est rien.
Il n’en croit pas un mot, c’est évident. Elle porte les mêmes vêtements que la veille et pas de parfum. Yohan n’est pas Sherlock Holmes, mais il observe suffisamment Norma pour saisir ce genre de détails. Il l’observe un peu trop d’ailleurs, elle l’a remarqué. Et depuis quelque temps, il ne baisse même plus le regard quand elle le surprend.
            À dix heures, il est sorti prendre une pause. Il a en fait filé à la pharmacie de l’autre côté de la rue pour revenir avec des pansements et de quoi désinfecter. Elle a dû le laisser faire, il a insisté.
– Aïe aïe aïe ça fait mal !
– C’est à lui qu’il fallait le dire.

Commentez, partagez et abonnez-vous ! Pour lire l’épisode suivant

 – Merci à Biba, Cosmopolitan, Voque, Lui et Grazia de m’avoir fourni la matière pour mon illustration –
Publicités

15 réflexions sur « S.1 – Episode 1 – Mais où est-elle ? »

  1. Bon pour tout te dire je me suis abonnée car le concept livre sous forme de série me tentait bien et je me suis dis : allez celle-ci je vais la suivre !
    Bref je ne suis pas déçue par ce premier épisode et surtout : hâte de lire la suite !:)

    J'aime

  2. Passée là par hasard et ça y est je suis harponnée, hâte à la suite….alors au boulot 😉 et à bientôt ^^

    J'aime

  3. Merci beaucoup d’avoir attiré mon attention sur ta série littéraire et d’avoir voulu mon avis ! 🙂 Déjà j’aime beaucoup ton style et il n’y a pas de fautes et ça c’est vraiment appréciable ! 🙂 (faudrait peut être juste justifier le texte, mais c’est moi qui suis pénible avec ce genre de choses)
    Sinon l’histoire est intrigante si ce n’est qu’on a un peu de mal avec ce court démarrage à savoir à quel genre on va être confrontés… Chicklit ? Thriller ? ou même fantastique ! Et ça du coup ça me gêne un peu parce que je ne sais pas à quoi je vais être confrontée ! 😉 En tous cas je repassera pour le prochain épisode !

    J'aime

    1. Merci d’être venue me lire et merci pour ton commentaire développé! Je suis d’accord pour le texte en justifié c’est que je galère avec WordPress. Je ne sais même pas si la version gratuite me le permet… Je ne peux pas faire la mise en page que j’aimerais c’est un peu rageant. Et pour le genre, je pense que moi-même j’ai du mal à classer mon histoire… à bientôt!

      J'aime

  4. Moi, j’aime les surprises😉. De toute façon, j’ai toujours aimé toutes les histoires que tu nous racontes, c’est pas nouveau. Tu as encore réussi à me captiver. Toutes mes félicitations, encore une fois. Bon courage pour la suite, j’ai hâte de la lire.

    J'aime

  5. J’aime m’abandonner dans une lecture; en commentaire aux échanges sur le style littéraire de ce texte, pour moi le suspens n’est pas que dans le récit et c’est ça qui est si bon! Ne pas savoir dans quoi on se plonge, mais plonger, et lire, et se laisser captiver… Tiens, et si on ne collait pas d’étiquette et qu’on se laissait juste dérouter, pour peut-être mieux embarquer? Noémie, longue vie à ta créativité!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s